RAPACES

Un rapace est un oiseau de proie carnivore au bec crochu et aux pattes munies de serres.

Ce type d’oiseaux regroupe trois ordres ; les accipitriformes , les falconiformes et les strigiformes. Ils peuvent être prédateurs de rongeurs ou de reptiles, charognards, insectivores, pêcheurs.

Leurs yeux sont leurs organes de perception le plus développé. Ils ont des yeux très gros et ils prennent une telle place dans la boite crânienne, que ceux ci ne tournent pas dans leurs orbites. C’est pourquoi les rapaces ont un cou qui peut tourner presque à 360° pour compenser la vision de l’environnement qui les entoure. Ces yeux peuvent même grossir leur cible à la manière d’un téléobjectif d’appareil photo.

 

Hibou Moyen-duc (Asio otus)

Le moyen-duc est un rapace nocturne de la famille des strigidés. Comme tous les hiboux, sa tête est surmontée de grandes aigrettes qui ne sont pas des oreilles mais seulement quelques plumes qu’il peut bouger selon son humeur. Le moyen-duc est un rapace commun en France mais son plumage lui permet de se fondre dans les milieux boisés qu’il affectionne. Il reste très difficile à observer, le voir et le photographier pendant quelques jours dans un jardin privé du bourg a été une chance qui ne se reproduira peut-être jamais. Il arrivait très tôt le matin, passait sa journée sur une branche de vigne sans bouger, seule sa tête pivotait de temps en temps. Il repartait le soir à la nuit tombée.

Sannat, le bourg, début mars 2022

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

Le faucon crécerelle est un rapace diurne de la famille des falconidés. C’est un oiseau de proie qui se nourrit de petits rongeurs, de reptiles, de batraciens et d’insectes. Il est facilement repérable grâce à sa méthode de chasse en vol stationnaire, dans la position connue sous le nom « du Saint-Esprit ». Mais ce mode chasse étant très énergivore, il peut aussi chasser à l’affût en postes élevés quand l’environnement est riche en rongeurs. A l’instar des buses, il affectionne les grandes balles de paille ou de foin. Il garde jalousement son territoire de chasse et malgré sa taille relativement petite, il expulse « manu-militari » les autres rapaces tels que les buses ou les milans qui ont la malchance de le survoler. Sa nidification, essentiellement rupestre, il s’est adapté aux constructions humaines et utilise volontiers chaque édifice qui lui permet de nicher sans être dérangé. L’église de Sannat héberge tous les ans un couple de crécerelle, et l’année dernière c’est la maison de Jean NOËL encore inoccupée qui a accueilli un couple.

Ancienne maison de Jean NOËL, août 2021

Les Bordes, août 2021

Chouette chevêche ou chevêche d’Athéna (Athene noctua)

La chevêche est un petit rapace diurne de la famille des strigidés. Elle chasse ; de la tombée du jour à la première partie de la nuit ; petits rongeurs, insectes, batraciens. C’est un oiseau de plaine et d’espaces ouverts. Elle affectionne nos milieux ruraux peu cultivés. Elle niche dans les trous d’arbres, ou dans les vieux bâtiments. Au printemps, en période de reproduction, elles sont particulièrement loquaces en fin de journée et plusieurs spécimens peuvent se répondre de loin en loin. Autour de la place de la bascule, on peut entendre jusqu’à cinq chevêches en pleine discussion.

Place de la bascule, début 2021

PASSERIFORMES

Plus communément appelés passereaux, les passeriformes composent le plus grand ordre des oiseaux avec 6430 espèces reconnues au niveau mondial. Ce sont des oiseaux de petite taille à moyenne. Le plus grand des passereaux est le grand corbeau. Ils communiquent grâce à des chants parfois très développés. Ils ont un bec court et pointu et plus ou moins fin selon les espèces. La queue est généralement courte. Les pieds possèdent trois doigts vers l’avant et un doigt vers l’arrière. Ils se déplacent en volant ou en sautillant. Le nom de passereau dérive du latin « passer » qui désignait les petits oiseaux.

Pie grièche écorcheur (Lanius collurio)

Le surnom d’écorcheur associé à cette pie grièche lui vient de son habitude à stocker ses proies en les empalant au bout d’épines ou d’objets très pointus. Les épines de prunellier sont couramment utilisées mais les fils barbelés sont aussi ses lieux de stockage réguliers. Ces lieux de stockage sont appelés « lardoirs ». Elle utilise ces lardoirs pour les grosses proies qui ne peuvent pas être ingérées entières, car la pie grièche se nourrit aussi de lézards, de batraciens, de grosses sauterelles voire de petits rongeurs. Sont bec légèrement crochu lui permettrait de détacher des morceaux de ses proies accrochées aux lardoirs.

C’est une espèce migratrice transsaharienne qui passe l’hiver en Afrique du Sud. Sa présence est signe de la bonne santé d’un milieu naturel riche en insectes, associé aux espaces ouverts, riches en haies, en buissons bas épineux et en espaces herbeux.

 

Photos prises sur la route du Montgarnon entre le Boueix et la Croix de la Mission

Photo du lardoir prise sur un barbelé près de Lavaud