Géologie et Relief.

Le dyke de Sannat

Sur cette carte géologique de notre région les limites de la commune de Sannat sont schématiquement représentées par une ligne jaune. Le “dyke de Sannat” apparait à l’est (à droite) de la commune, en rouge.

Nous avions constaté une anomalie dans la carte de l’altitude. L’opposition nord-sud s’expliquait facilement par le fait que le plateau de Sannat était un plan incliné s’abaissant vers le nord. Cependant dans le nord-est de la commune se prolongeait étrangement la partie au-dessus de 500m. La raison est donnée sur la carte de droite, avec cette forme allongée qui apparait à droite du bourg (le contour en jaune représente d’une manière schématique les limites de la commune).

Sannat a la particularité d’être en partie constitué d’une structure géologique qui, sans être exceptionnelle, n’est pas courante dans un socle granitique : une intrusion de type volcanique que l’on appelle un dyke. A l’ère tertiaire, à une époque peut-être contemporaine de la formation des Monts Dore, il y a une dizaine de millions d’années, du magma en fusion est remonté des entrailles de la terre. Mais contrairement à ce qui s’est passé Auvergne où il a jailli de la terre pour former des volcans, il s’arrêta avant de crever la surface. Emprisonné peu profondément sous le granite, cette roche en fusion se refroidit lentement. Plus lentement que si elle s’était répandue sur le sol, ou un refroidissement rapide solidifie le magma sous forme de lave (le basalte par exemple), mais plus rapidement que quand ce magma se refroidit plus en profondeur, protégé par un épais édredon de roche. Or la vitesse de refroidissement influence la cristallisation. Plus elle est lente, plus les différents composés chimiques ont le temps de se regrouper par types, et de former des cristaux, et qui peuvent devenir de plus en plus gros. C’est le cas du granite ordinaire que l’on trouve à profusion dans la commune. Mais le magma du dyke, au refroidissement intermédiaire, donc à la cristallisation relativement rapide, ne permet que la formation de petits cristaux, peu différenciés. On parle de “microgranite”. Les photos dans la dernière partie de cette page l’illustrent.

Ce microgranite du dyke, plus homogène et plus dur qu’un granite ordinaire, résistera mieux à l’érosion, notamment au “pourrissement” dû à l’eau. Nous reparlerons du phénomène d’érosion dans la page suivante. Retenons simplement pour le moment que l’érosion ayant fait son œuvre, au cours des millions d’années qui nous ont précédés, la couche de granite qui couvrait le dyke a disparu, puis le granite autour de dyke a été à son tour enlevé progressivement, plus rapidement que le dyke lui-même ne s’usait. En conséquence, progressivement il est apparu comme une barre dans le paysage, une espèce de petite montagne, qui suivant la pente sud-nord s’abaisse en allant vers le nord. Vous en parcourez le somment quand vous allez par la route de Mainsat à Evaux, du carrefour de la route de Châtain à la Bussière.

Ces deux cartes géologiques, formées d’une superposition de cartes Google Earth, IGN et BRMG comme le permet de site Infoterre du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, montrent le dyke de Sannat, en rouge, sur la droite.

La carte ci-dessus le montre dans son ensemble.

La carte ci-dessous en montre la partie centrale, par exemple entre le Bourg et le Masroudier, en passant par le village des Fayes qui est situé sur la partie sommitale du dyke.

Carte géologique simplifiée de la commune de Sannat.

On distingue dans la commune quatre types de granites, dont trois, les granites à grains moyens la débordent largement. On voit que ces granites à grains moyens sont désignés par le nom d’une commune creusoise, sans doute parce qu’ils y sont particulièrement représentatifs, Perabout, commune proche de Guéret, Gouzon et…Sannat. Mais le granite particulièrement caractéristique de notre commune est le microgranite dit “à micas colorés”. ( voir plus loin dans cette page). C’est la roche qui compose le dyke, paticulièrement dure comme nous l’avons dit, beaucoup utilisé dans la construction dans notre commune pour ses qualités mécaniques de dureté et de résistance aux interempéries et ses qualités esthétiques, mais très peu utilée pour les éléments d’ornementation comme les pierres d’encadrement de baies ou les pierres d’angles car très difficile à tailler. C’est la fameuse “pierre des Fayes” que l’on trouve en fait de la Chabanne ou la Ville du Bois jusqu’à la Bussière ou aux Rieux, souvent de couleur jaunâtre, ocre, mais également rose, voire rouge ou mauve. Cette belle coloration provient de l’altération des éléments ferrugineux des “micas colorés”.

Altitude et Géologie

Si l’on superpose la carte de l’altitude qui nous avait permis de distinguer “Sannat-le-Haut” et “Sannat-le-Bas” (selon la courbe de niveau 500 m) et la carte géologique, on constate qu’effectivement l’excroissance vers le nord des hautes terres correspond très exactement au dyke… mais pas tout le dyke car d’une part tout à fait au nord on s’abaisse naturellement suivant la logique du plan incliné, et d’autre part sur les côtés parce que les bords du dyke ont été érodés par les ruisseaux périphériques. Nous en reparlerons.

 

Photo satellite du dyke

Sur cette photo satellite du dyke, extraite de Google Earth, un contour bleu a été dessiné pour en montrer les limites. La photo écrase l’impression de relief, mais il apparait assez nettement.

Pour se repérer la D19 est la route Mainsat-Evaux et la D24A la route Sannat-Reterre. La première suit le sommet du dyke à partir de la Chabanne ( carrefour de la route de Châtain) jusqu’à la Bussière, en s’abaissant dans sa partie terminale à partir du carrefour de la route des Rieux. La seconde traverse le dyke au niveau du “carrefour des Fayes”.

On voit que le dyke est largement échancré sur son flanc ouest (à gauche, côté Sannat), alors qu’il l’est beaucoup moins à l’est (à droite, côté Chat-Cros dont on devine la vallée, en contrebas de la Ville du Bois et du Masroudier).

Remarquons qu’à ses deux extrémités le dyke est recouvert par la forêt : Bois de Fayolle au sud (pour son extrémité orientale) et surtout Bois d’Evaux au nord (pour leur totalité).

Coupes transversales du dyke

Du bourg de Sannat à la Chirade (Reterre) en passant par le carrefour des Fayes

Les deux coupes (ou profils) montrent l’élévation du dyke par rapport à son environnement. La première carte est la reproduction d’une photo satelleite Google Earth, la deuxième une carte Infoterre du même type que celles du dyke précedemment exposées.

Sur la coupe, la partie en rouge représente le dyke proprement dit, qui constitue, c’est bien normal, la partie la plus élevée du profil (dénivellation d’une cinquantaine de mètres par rapport au bourg).

Le creux à gauche du dyke marque la vallée de la Noisette aux Boucheroux, celui, beaucoup plus important à droite, la vallée du Chat-Cros. Avec un replat au pied du dyke qui, au sud de la coupe, correspond au site du village de la Ville du Bois.

On comprend également pourquoi la côte des Fayes est beaucoup plus longue côté Reterre que côté Sannat. Côté Sannat, on ne monte “que” le dyke…et c’est très dur, surtout si on monte la petite route des Fayes qui va presque tout droit, alors que côté Reterre on enchaîne, montée du versant du Chat-Cros (jusqu’à l’étang de la Ville du Bois) et montée du dyke ensuite.

Coupe de l’oratoire de la Chassagne au Moulin de la Ville du Bois en passant par les Frétaux

On note deux différences par rapport au profil précédent:

-L’altitude est de la partie sommitale est plus élevée aux Frétaux (565 m) qu’au carrefour des Fayes (547 m), ce qui est logique puisquel’on est plus au sud.

-Le versant gauche du dyke est echancré, entaillé…par la vallée de la Noisette, ou plus exactement par l’alvéole qui en amont de Saint-Pardoux recueille les eaux pluviales qui donneront naissance à la Noisette. Plus à l’ouest, la vallée est celle de la Méouse.

A droite les deux dépressions sont successivement celle qui correspond à l’étang de la Ville du Bois, et plus exactement au vallon en amont, et la plus importante à l’extrémité à droite, la vallée du ruisseau de la Montagne au niveau du Moulin de la Ville du Bois.

Coupe du Montfrialoux à la Chezotte (Reterre) en passant par la Croix de Savignat

Mêmes remarques que précedemment :

-Une variation de l’altitude de la partie sommitale, 527 m, mais cette fois nous sommes plus bas…normal, nous sommes plus au nord.

-Le flanc ouest est là aussi échancré, ici il s’agit de l’action de deux cours d’eau, la Noisette et la Loisille…et de leurs affluents, qui ont creusé une grande depression dont nous reparlerons.

Le confluent de ces deux ruisseaux est à l’origine du creux que l’on voit à gauche sur le profil, celui de droite est encore dû au Chat-Cros.

Les différents granites

Sur cette carte géologique de Sannat les étoiles représentent les endroits où ont été prélevées les pierres exposées (et non les constructions dont la localisation est précisée en légende de la photo). 

Les zones de provenances, nord, centre, sud et est correspondent aux quatre types de granite recensés dans la commune. Les pierres de l’est, sont celles du dyke.

Le granite de la carrière de Fayolle, façonné par les tailleurs de pierre sannatois, a été utilisé à la fin du 19ème siècle pour la construction de l’église, en particulier pour les moellons du clocher, du soubassement et des contreforts, et pour les piliers intérieurs, monolithes, c’est à dire constitués chacun d’un seul bloc. Esthétiquement ce granite se rapproche de celui du Compeix, très réputé en Creuse, dont est fait le banc sur lequel est posée une pierre prélevée dans la carrière de Fayolle.

Les carrières de granite

Cette carte indique la localisation des quelques carrières de granite encore visibles, ou dont l’existence passée nous a été signalée. Dix sont répertoriées sur la carte.

Deux à proximité du Tirondet d’en-bas.

Une à proximité du pont du Montfrialoux.

Une sur le bord du GR entre le carrefour de la route des Rieux et la Bussière (Visible).

Une aux Couteaux dans le renfoncement du grand virage sur la droite, avant le croisement avec le GR (Visible). Elle a notamment servi à l’empierrement du nouveau tronçon de la route aménagé à la fin du 19ème siècle.

Une à proximité des Fayes qui sert aujourd’hui de décharge communale pour les déchets inertes. (Visible)

Une à proximité de la Ville du Bois.

Une à proximité de la Chabanne. (Visible, mais dans les champs).

Une dans les bois de Fayolle. (Visible) …mais difficilement discernable aujourd’hui car recouverte de hauts genêts. Située au bord du chemin qui part sur la gauche du chemin qui va de la Croix du Lard à Fayolle.

Une à proximité de la Valette, sur la droite, au bord de la route. (Visible). 

.